Fête des mères?

Blog de lamargonote : LE JARDIN DES EGLANTIERS, Fête des mères?

Qu’ils sont perdus au loin les yeux
De ces enfants qui ont connu
L’absence infinie de leur mère
Clairs et poignants, qui vous regardent
Droits, tristes indéfiniment
Loin des furtifs regards des gens
Où vont leurs pensées, leurs élans ?
Au fond du ciel bleu où doit être maman ?
Mais ce qu’ils ne comprennent pas
C’est comment on fait ici-bas
Pour atteindre l’envers des nuages blancs ?
Pendant longtemps ils embrasseront
Appuyés contre leur joue mouillée
Un châle oublié, un ruban soyeux
Lien menteur, entre eux, restés ici
Et ceux qui un soir surent être heureux
Dans l’incandescente création de vie
Ceux qui ont atteint l’autre rivage
Mais qui sont si cruellement absents
Ceux à qui on ne peut plus dire « bonne fête maman »

Illustration: Aquarelle de Julie.

samedi 23 mai 2015 17:14 , dans Agenda


Les processions

Blog de lamargonote : LE JARDIN DES EGLANTIERS, Les processions

Jadis, de processions le printemps était habité
Rogations en avril, virginité de Marie en mai
En juin louange à un Sacré Cœur fielleusement inventé
Par le Paris arrogant d’un Adolphe Thiers
Insolemment rescapé de la colère populaire…
C’est pourquoi, en ce temps-là
Les petites filles parées de robes de dentelles
Bouclaient leurs cheveux dorés
Et chaussées de blancs souliers
Portaient corbeilles enrubannées
Débordant de pétales odorantes
Qu’elles jetaient par poignées
Sous les pas d’un prélat de dorures empanaché…
Le cœur bondissant au son de rimes psalmodiées
S’ouvraient alors en étoile leurs mains innocentes
Pour que coule l’offrande parfumée…
Aujourd’hui, il n’y a plus de processions
Tout s’arrache, tout se gagne, tout se paie
Les enfants apprennent à refermer les doigts
Sur des butins fleuris, sucrés, colorés
Le temps de l’offrande est terminé
Le soleil devenu avide darde des rayons moroses
Sur un parfum désespérant les roses

Illustration: "Procession dans un village Lorrain" . Reproduction d'une toile d'Adrienne Jouclard.

samedi 16 mai 2015 16:09 , dans Littérature


17 mai 2015 à Fléville

Blog de lamargonote : LE JARDIN DES EGLANTIERS, 17 mai 2015 à Fléville

Cette délicieuse bourgade lorraine qui accueillera, au cœur du joli mai, un salon littéraire, héberge le seul château Renaissance de la terre lorraine. Le donjon de 30 mètre, édifié en 1320 signe les racines féodales de l’édifice qui va traverser, avec panache, sept siècles d’histoire. Il sera en effet, un des rares châteaux qui, sur ordre de Louis XIII, va échapper aux destructions ordonnées par Richelieu lors de la guerre de trente ans.

C’est ainsi qu’en 1280, la terre devenue un fief par la grâce de Ferry III duc de Lorraine, est cédée au Seigneur Guillaume d’Ormes. En 1460, faute de descendance mâle, il échoit aux Lutzelbourg seigneurs alsaciens. En 1533, Nicolas de Lutzelbourg, conseiller à la cour ducale, de retour d’une expédition guerrière en Italie, enrichit le premier édifice de l’actuelle bâtisse de facture Renaissance. Cette filiation étant attestée par l’existence du balcon d’influence italienne qui traverse la façade. En 1758, Stanislas y séjourne et en 1783 la duchesse de Brancas y crée un salon littéraire. Depuis 1812, le château appartient à Alexandre de Lambel et à ses descendants. Depuis 1954, le château est ouvert au public les week-ends et jours fériés. Les promeneurs qui auront choisi de flâner en ces lieux ce dimanche 17 mai, pourront découvrir les productions littéraires d’une soixantaine d’auteurs, chiner à la brocante et terminer la journée par la visite du château qui ferme ses portes à 19 heures.

J’attends de rencontrer, les lecteurs, amis et amateurs de découvertes littéraires qui souhaitent partager le pays de Liselotte peuplé d’hommes en bleus et de femmes mystérieuses, l’album illustré des aîtres du Rup-de Mad où ils pourront saluer la Pucelle insolite que ne racontent pas les livres d’école.

 

4ème édition de la Fête de la Lecture
Salle des Fêtes Chemin de la Woivre à Fléville
10 Heures à 18 Heures

Illustration : « Le château de Fléville ». Aquarelle de JOL.

samedi 09 mai 2015 19:43 , dans Agenda


Bientôt la fête des mères

Blog de lamargonote : LE JARDIN DES EGLANTIERS, Bientôt la fête des mères

Certains croient que la fête des mères a été inventée par Pétain. En réalité, elle vit le jour dès la fin de la première guerre. Pour une raison simple. Le sang de la France ayant coulé des veines de millions de poilus, la maternité devenait plus qu’un choix personnel, un devoir national. Etablie dès 1920, elle sera officialisée en 1929 (mais ses racines plongent dans la Grèce antique en l’honneur de Rhéa la grand-mère des Dieux). La célébration des mères fut d’abord affaire d’Etat, avant celle de marchands, mais aussi mobilisation des divisions d’amours enfantines. On vit alors éclore colliers de nouilles désarmants, pots de yaourts enrubannés, poèmes touchants où amour rimait avec toujours. Aujourd’hui, bien des mères qui ont tant donné à la prospérité commune, ont mérité de se reposer. De retrouver le plaisir de poser leur esprit dans un livre. Celui qui vous est proposé ici « Liselotte au pays de la Sauvage » veut être une envolée vers un passé vertueux, mais aussi amoureux, où les portes d’un avenir doré s’ouvraient, sous les pas assurés de celles qui furent nos mères et nos grand-mères, à l’ère de l’éclosion industrielle qui nous fait si cruellement défaut aujourd’hui. Dans ce pays-ci et à cette époque-là, vivait une pauvre femme appelée « La sauvage » Parce qu’elle vivait dans une grotte oubliée au creux d’une forêt dense comme la lorraine chevelue en connut. Les conteuses la décrivaient nue, enroulée dans de longues mèches rousses, armée de griffes, son regard flamboyant incendiant le ciel. Liselotte, une des vaillantes ménagères des débuts du siècle dernier, en menaçait sa marmaille, tout comme d’autres invoquaient le loup-garou des Vosges, le Graoully de Metz, la sorcière aux yeux verts de Dun sur Meuse.

Offrir une échappée dans les aventures des pays lorrains à nos mères est possible à qui se rendra à la librairie Didier (rue Gambetta, près de la place Stan) , chez Virgule à Longwy-Haut ou encore directement chez l’éditeur : Edition des Paraiges à Metz. A moins que vous ne préfériez rencontrer l’auteure dans un des prochains salon littéraire annoncés dans mon blog.

 Illustration : « La Sauvage » par JOL.

samedi 02 mai 2015 17:02 , dans Femmes


Fête des Travailleurs

Blog de lamargonote : LE JARDIN DES EGLANTIERS, Fête des Travailleurs

« Le 1er mai est jour férié dans toute la France, parce que c’est la fête de tous les travailleurs de France.
C’est repos pour les corps fatigués des ouvriers. Ce doit être FETE BIEN PLUS ENCORE pour leurs âmes lasses et usées par le travail qui n’élève pas. Combien d’ouvriers n’ont plus leur dimanche, n’ont pas eu depuis des mois, des années, un seul de leurs dimanches, du DIMANCHE QUI EST A EUX, pourtant parce que DIEU LE LEUR A DONNE.

Que devient l’AME d’un ouvrier qui ne parvient à faire vivre les siens qu’en faisant des heures mieux payées le dimanche… au prix de son repos, de sa santé et surtout de SA MESSE ?

C’est pourquoi le 1er mai à 10 heures tous les ouvriers de Herserange auront bien à eux leur
MESSE DU TRAVAIL
Travailleurs, Fêtez le ler mai
Retrouvez votre âme en assistant à l’Eglise paroissiale à la Messe du Travail

« Votre clergé »

 

Tract annonçant par tract la célébration d’une messe à Notre Dame de Senelle le 1er mai de l’année 1950) Il s’agissait de l’équipe diocésaine des prêtres ouvriers qui sera démantelée en 1953 sous le règne de Pie XII.

Source: "Longwy le Pays-Haut" n° 26-2006.
Illustration : dessin à la mine de plomb de JOL.

dimanche 26 avril 2015 20:10 , dans Agenda


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à lamargonote

Vous devez être connecté pour ajouter lamargonote à vos amis

 
Créer un blog