Le jardin des églantiers pourquoi ?

L'églantier est un arbuste incroyable. Qui sait s'adapter aux situations, se transformer en même temps que son environnement, nourri des soins qu'on lui prodigue. C'est un rosier hautain qui parfume votre jardin de ses corolles élégantes. Puis, vous l'oubliez, et la fleur sophistiquée devient une modeste églantine. Un soir d'été vous vous apercevez de votre insouciance. Une greffe soigneusement appliquée pare l'églantine furtive de la robe somptueuse et soyeuse de la rose... L'églantier, c'est l'éternité... Sympa non ?... Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme ! Et puis, je me souviens que l'églantine fut l'insigne que les révoltés du début du 20ème siècle accrochaient à leur boutonnière le jour du 1er mai, avant d'aller au " meetinge du métropolitain" dont je vous raconterai l'histoire pour le 1er mai de l'an prochain.

dimanche 06 novembre 2011 19:58


Des héros et des gueux

Blog de lamargonote :LE JARDIN DES EGLANTIERS, Des héros et des gueux

L’actualité médiatique impose la célébration de la victoire des alliés en 1944 sur la barbarie nazie. Gerbes et discours soulèvent parmi un public oublieux une houle de gloire et d’orgueil bienvenue, au souvenir des exploits des invincibles aïeux. Pourtant on cache toujours sur le tapis, la poussière des vaincus et des gueux, compagnons crasseux et miséreux honnis de toute épopée. Puissent ces quelques vers d’humbles prisonniers de guerre, plein d’émotion, recueillir quelques poussières des étoiles scintillant dans le ciel des héros.

Illustration : Extrait du cahier d’un prisonnier du stalag 4 B. (collection privée)

samedi 30 août 2014 11:25 , dans Agenda


La merveilleuse presqu’ile du Cotentin

Blog de lamargonote :LE JARDIN DES EGLANTIERS, La merveilleuse presqu’ile du Cotentin

Passer ses vacances à proximité des déchets nucléaires de la Hague, avouez que ce n’est pas banal. Encore moins si on en revient enchanté. L’hébergement d’abord. Imaginez une maison de pêcheur restaurée en gîte. A marée haute, plusieurs fois par jour, les vagues de la Manche viennent mourir à vos pieds. On ne se lasse pas du va et vient entre ressac immuable et cri des mouettes affairées à glaner leur pitance à marée basse au creux des rochers. Puis les moules de Barfleur incroyablement charnues. Les huitres de Saint-Vaast tremblant dans leur lit de mer avant d’épouser un muscadet sur lie, frétillant d’impatience. Et le cochon de Bayeux, à la succulente chair délicatement entrelardée. On connaît le discours, mais le cochon ! Et puis encore, les biscuits de l’Abbaye, caramels et autres friandises sucrées qui font un joyeux cortège à des cidres pétillants de gaîté.

Mais l’art pictural n’est pas ignoré. On vous montrera la maison de Millet qui coucha sur la toile bien d’autres scènes agrestes que le célèbre Angélus. Le manoir du Tourp érigé au 15ème siècle, halte gastronomique et culturelle sur la route de la Pointe de la Hague. Sur ce chemin, combien de stations enchantées. Comme le sentier des douaniers, escarpé et sinueux, sitôt passé Querqueville. Quelques plages de sable fin, entourées de landes et de bruyère, enserrées dans leur écrin de criques rocheuses, voilà enfin la baie d’Ecalgrain qui annonce l’incroyable amoncellement de la pointe de la Hague. Avec son titanesque « nez de Jobourg » posé ici, au temps où les dieux jouaient aux quilles avec la planète terre lorsqu’ils s’ennuyaient dans leurs sages demeures de la voûte céleste. La route conduit alors le curieux vers Biville sur mer, minuscule village entre mer et bocage, où d’intrépides « parapentistes » jouent avec le vent, paisible hameau qui succède aux subtiles parfums du jardin botanique de Vauville. Oui, mais il pleut toujours dans cette « petite Irlande » dit-on. De flamboyants couchers de soleil font mentir l’augure… Cet été là du moins…

Illustration: "Au pied de la maison du pécheur, le ressac, les mouettes..." Aquarelle de Janine Olmi.

vendredi 22 août 2014 14:12 , dans Littérature


Les mystères d’une histoire de la Vierge Marie (6) : Manifestations liées à l’état de la papauté

Blog de lamargonote :LE JARDIN DES EGLANTIERS, Les mystères d’une histoire de la Vierge Marie (6) : Manifestations liées à l’état de la papauté

Vogue la galère (fin des mystères d’une histoire de la Vierge Marie)

Au XVIIème le concile de trente vient de conférer au pontife romain le titre de « pasteur de l’église universelle » ce qui sonnait le glas de la formule gallicane présentée par le cardinal de Lorraine de « pasteur de toutes le églises ». L’église n’est donc pas un corps d’églises nationales. On ne vote pas. La suprématie papale triomphe. Le siècle abrita 12 apparitions dont Czestekowa. Mais la courbe ascendante effectue une chute gravissime au XVIIIème siècle avec seulement cinq apparitions. A l’ère des révolutions l’Eglise de Rome apparait comme « une vieille ruine où ne peut entrer désormais aucune vie nouvelle ». Après son raidissement illustré dans la mise à l’index de l’esprit des lois, suivi de la suppression des Jésuites, Clément XIV avait cédé aux couronnes. L’acte de décès de la papauté est ainsi rédigé : « Après avoir enveloppé le monde entier dans la nuit immense de son empire, ce superbe et incroyable monument de la crédulité humaine est tombé sans bruit : sa force était dans l’opinion ; l’opinion a changé et tout s’est exhalé en fumée ».
La réaction va s’organiser au XIXème. Chateaubriand est l’initiateur du mouvement intellectuel néo catholique illustré dans « le génie du christianisme ». Contester au pape soit son infaillibilité, soit sa suprématie, c’est contester à l’Eglise sa propre existence. L’évêque Dupanloup défend l’infaillibilité papale et sonne le glas du gallicanisme. C’est alors qu’est inventée la Rome Chrétienne, mère et maîtresse de toutes les églises. Les ultramontains ramènent de Rome des reliques exposées à la vénération des fidèles. Les grands progrès de l’archéologie justifient l’invention de la Rome antique selon les apologistes de la papauté. La réactivation de la Rome éternelle va brillamment payer : le XIX sera comptable de 19 apparition dont la plus célèbre, celle de Lourdes, survenue au cœur du second Empire. Les cléricaux ont repris du poil de la bête. C’est le siècle de toutes les audaces mariales, Pie IX proclame le dogme de l’Immaculée conception. Sur la lancée, le XXème siècle verra l’apothéose de 45 apparitions dont Fatima sous le régime du dictateur Salazar. En 1950, Pie XII proclame le dogme de l’Assomption, l’année mariale et utilise le filon à fond. Et ça marche ! Pourtant depuis 1995, la manne apparaît tarie. Mais où sont les neiges d’antan ?

Illustration : L’épure d’une autre dame céleste érigée en 1946 en reconnaissance à l’intervention de l’armée Patton: la vierge du Rupt de Mad.

vendredi 15 août 2014 15:39 , dans Femmes


Les mystères d’une histoire de la Vierge Marie (5) : Manifestations liées à l’état de la papauté

Blog de lamargonote :LE JARDIN DES EGLANTIERS, Les mystères d’une histoire de la Vierge Marie (5) : Manifestations liées à l’état de la papauté

Un démarrage laborieux

L’apparition de l’an 850 à des matelots, orne le pontificat de Nicolas 1er qualifié de « plus grand pape du moyen-âge, voire de l’ensemble de l’histoire de la papauté ». En même temps, l’église grecque est divisée sur les conséquences de l’iconoclasme, bien que Théodora, mère de l’empereur Michel III eut restauré le culte des images. L’apparition semble bien venir à propos.

Les XIème et XIIème siècle sont plombées question miracles par la lutte pour les investitures. Un petit coup de pouce lors du pontificat de Grégoire VII dit le Grand ne sera pas superflu pour ancrer l’épisode de Canossa dans le chemin cahoteux de l’église de Rome. Mais l’intervention mariale reste modeste. Le XIVème siècle est celui du bras de fer de Philippe le Long, roi de France illustré par la gifle au Pape à Agnani. Mais jusque là l’utilisation des apparitions célestes reste dans la limite de coups de canifs dans le contrat du pouvoir supérieur. En revanche, l’affaire est lancée à partir du XVème siècle. Le pape s’employait alors à instaurer les prérogatives surnaturelles que lui conférait l’acquisition récente du statut de « Pontifex maximus » l’autorisant à l’instituer des célébrations universelles comme la célébration de la « Fête-Dieu », à bénéficier du droit exclusif de reconnaître la sainteté, et surtout d’introduire le système lucratif des « indulgences » qui accrurent la force d’attraction de Rome comme juge suprême. C’est le temps pour Brigitte de Suède de prêter à une apparition la priorité de Rome, sur toute autre cité, révélation qui va décupler la foire aux Reliques. Le pli était pris. Le XVIème siècle trouvera dans onze apparitions quelques arguments célestes pour contrer l’étendue de la Réforme.

Illustration : Avec le temps, l’icône virginale devient épure se débarrassant ainsi de ses oripeaux pompeux (Document de la Jeunesse Etudiante Chrétienne).

mardi 05 août 2014 18:23 , dans Femmes


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à lamargonote

Vous devez être connecté pour ajouter lamargonote à vos amis

 
Créer un blog