Le jardin des églantiers pourquoi ?

L'églantier est un arbuste incroyable. Qui sait s'adapter aux situations, se transformer en même temps que son environnement, nourri des soins qu'on lui prodigue. C'est un rosier hautain qui parfume votre jardin de ses corolles élégantes. Puis, vous l'oubliez, et la fleur sophistiquée devient une modeste églantine. Un soir d'été vous vous apercevez de votre insouciance. Une greffe soigneusement appliquée pare l'églantine furtive de la robe somptueuse et soyeuse de la rose... L'églantier, c'est l'éternité... Sympa non ?... Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme ! Et puis, je me souviens que l'églantine fut l'insigne que les révoltés du début du 20ème siècle accrochaient à leur boutonnière le jour du 1er mai, avant d'aller au " meetinge du métropolitain" dont je vous raconterai l'histoire pour le 1er mai de l'an prochain.

dimanche 06 novembre 2011 19:58


Présentation

Blog de lamargonote :LE JARDIN DES EGLANTIERS, Présentation

Le jardin des églantiers, c'est le lien entre le passé et le présent regardant vers le futur. Le passé est naturellement le regard sur l'histoire, une histoire que j'ai déjà commencé à parcourir puisque je suis l'auteure de plusieurs livres et que j'en projette d'autres. On en parlera à l'occasion. Le présent en route vers le devenir, pose la grande question du féminisme... Je vous dirai pourquoi de mon point de vue... Le fil des jours va dialoguer sur tous les sujets qui assombrissent ou illuminent le quotidien. La peinture, le loisir créatif y trouvent naturellement leur place, de même que : Humeur qui sera le réservoir d'indignations, de réactions face aux incohérences ou aux outrances qui polluent le Jardin des Eglantiers, dont je vous parlerai dans un prochain rendez-vous avec ce qui va devenir la Ronde des Amis des églantiers.

mardi 01 novembre 2011 19:14


Grande chasse aux œufs de Pâques

Blog de lamargonote :LE JARDIN DES EGLANTIERS, Grande chasse aux œufs de Pâques

Que carillonnent les cloches de nos villages silencieuses depuis trois jours ! Que tombent dans les jardins fleuris et les vertes prairies, œufs en chocolat, lapins en croquant, poussins ébouriffés, petits poissons frétillants dans leurs paniers d’osier. Ici aussi la marchandisation a donné de la voix. Tout comme Noël est devenu la fête des rennes et des nounours, résurrection ou pas, Pâques est devenu la fête des petits enfants invités à la grande chasse aux œufs. Christ est ressuscité est disputé par Jeff de Bruges. Année après année, les églises se vident au rythme où les trains se remplissent pour la ruée des vacances de Pâques. Seul le pape François, puissamment aidé par la médiatisation internationale, va réussir à tirer son épingle du jeu. Faut-il regretter la fin de l’explosion de joie de l’aventure du Christ ressuscité, pour solder les quarante jours de jeûne du Carême ? Faut-il déplorer que la Semaine Sainte, sa liturgie somptueuse, le génie inspiré de Bach du : « Jésus que ma joie demeure » doivent s’incliner devant le soleil caressant les vacances de Pâques au bord de la mer pour la grande satisfaction des bistrotiers ? C’est jour de fête ! Que la joie explose dans le renouveau de la sève montante des grands arbres, comme dans l’éclosion des pâquerettes des champs ! Mais l’âme a fini de tressaillir dans l’enivrement d’une toccata déferlant au gré des accords puissants sortis des orgues des églises ! Le calme somptueux des cathédrales ne rencontre plus le siècle ! L’odeur capiteuse de l’encens ne fait plus palpiter l’odorat ! Finalement le règne de la marchandisation mondialisée est passe de priver sa clientèle de la joie de l’exaltation spirituelle sous des montagnes de friandises pourvoyeuses des kilos superflus qui étouffent l’écoute de l’esprit. Et ainsi l’espérance a fuit, vaincue par l’amère rancune et l’indéracinable désolation qui occupent toute la place dans des cœurs qui n’ont plus le temps de se recueillir. 

Illustration: Carte postale des années 1930. Collection particuliére.

dimanche 20 avril 2014 20:02 , dans Agenda


Au temps des Carnavals : celui de Remiremont

Blog de lamargonote :LE JARDIN DES EGLANTIERS, Au temps des Carnavals : celui de Remiremont

On connait le Carnaval de Rio flamboyant, le carnaval de Venise « chiquissime », celui de Sarreguemines : hé hop ! celui de Dunkerque ho hisse, mais qui connait le carnaval de Remiremont la Coquette ? Et pourtant, en ce printemps 2014 cette grosse bourgade à la porte des Hautes-Vosges en abrite la 19ème édition, ajoutant un clin d’œil facétieux à un passé voué à la prédominance religieuse. Ainsi en est il de l’origine de la ville qui repose sur l’œuvre monastique du Leude Romaric (580/653) dont le nom signifie « roi puissant et glorieux ». Le créateur des lieux, un guerrier opposé à la reine Brunehaut, rejoint Pépin de Landen et d’Arnould qui deviendra évèque de Metz au sein d’une coalition dont la victoire va aboutir à l’avènement de Clotaire II. C’est l’ingratitude de ce dernier qui favorisa la vocation monastique de Romaric. Le monastère Saint-Mont qu’il fonde au 7ème siècle, et qui engendrera Remiremont probablement vers 870, connût son apogée aux 16ème, 17ème  18ème siècle lorsque les familles nobles en firent la demeure de leurs filles bréhaignes, détentrices du statut de Chanoinesses. L’appellation désignait alors des recluses non tributaire du dépouillement inhérent aux moniales, puisqu’elles disposaient de serviteurs, menaient une vie dorée et dépendaient de la cour de Rome, source de nombreuses querelles de préséance avec les ducs de Lorraine. A la fin du XXème siècle, le passé religieux ne faisant plus recette pour le rayonnement de la ville, les romarimontains se coulèrent dans la somptuosité des défilés carnavaleux dont la magnificence des atours ne le cède en rien à leur modèle vénitien.

Illustration : Image du défilé de 2012

samedi 12 avril 2014 11:40 , dans Agenda


Crépuscule

Blog de lamargonote :LE JARDIN DES EGLANTIERS, Crépuscule

Il est des colporteurs de fraternité
D’indulgence et de sincérité
Qui tout au long de leur chemin
Ont su, jour après jour, diffuser
L’espoir d’eau limpide chevauchant les galets
A la rencontre d’ harmonieux lendemains
Porteur de quiétude pour le genre humain
L’homme qui git aujourd’hui
Par les rigueurs du temps, épuisé
Manquera encore longtemps
A l’enclos bienveillant
Paisible, amical et apaisant
Qu’il avait su autour de lui créer

Illustration: "La mystérieuse clarté de la nuit". Photo de Janine OLMI.

samedi 05 avril 2014 18:39 , dans Agenda


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à lamargonote

Vous devez être connecté pour ajouter lamargonote à vos amis

 
Créer un blog