Le jardin des églantiers pourquoi ?

L'églantier est un arbuste incroyable. Qui sait s'adapter aux situations, se transformer en même temps que son environnement, nourri des soins qu'on lui prodigue. C'est un rosier hautain qui parfume votre jardin de ses corolles élégantes. Puis, vous l'oubliez, et la fleur sophistiquée devient une modeste églantine. Un soir d'été vous vous apercevez de votre insouciance. Une greffe soigneusement appliquée pare l'églantine furtive de la robe somptueuse et soyeuse de la rose... L'églantier, c'est l'éternité... Sympa non ?... Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme ! Et puis, je me souviens que l'églantine fut l'insigne que les révoltés du début du 20ème siècle accrochaient à leur boutonnière le jour du 1er mai, avant d'aller au " meetinge du métropolitain" dont je vous raconterai l'histoire pour le 1er mai de l'an prochain.

dimanche 06 novembre 2011 19:58


Noël des prisonniers (minuit chrétien)

Blog de lamargonote : LE JARDIN DES EGLANTIERS, Noël des prisonniers (minuit chrétien)

Minuit soldats, mais il est des villages/Où les enfants seront tristes ce soir
Chers prisonniers ne perdez pas courage/Et que Noël vous porte son espoir
Pensez soldats à vos humbles chaumières/Où l’être aimé attend votre retour
Oh prisonniers séchez vos pleurs amères/Noël, noël espérez le retour
Là bas très loin sur la terre de France/Les êtres chers vont pleurer cette nuit
Mais dans leur cœur ils gardent l’espérance/De voir bientôt finir les jours maudits
Oh prisonnier, pense aux femmes aux mères/Aux tout petits qui prient pour ton retour
De plus beaux jours espérons voir la lumière/Noël, Noël espérons le retour
Faisons serment de ne plus faire de guerres/Et d’établir une juste société
Faisons un monde où les peuples sont frères/Où règnera pour tous l’égalité
Vaincus demain  il nous faut reconstruire/Pour nos enfants des horizons nouveaux
Car nous voulons revoir leur frais sourire/Noël noël nous fermons les tombeaux
Noël, Noël les jours seront plus beaux
Dernière fête de noël au camp du stalag IV D.

Illustration: "La créche est soudée à notre histoire".

dimanche 21 décembre 2014 18:12 , dans Agenda


Une procession médiévale

Blog de lamargonote : LE JARDIN DES EGLANTIERS, Une procession médiévale

Le 14 décembre 2014, une forêt de cierges brandis par une foule compacte de pèlerins curieux ou fervents éclairaient les allées du vaisseau de pierre de Saint- Nicolas de Port. Pour la 769ème fois, les voûtes de la basilique tressaillaient sous l’embrasement puissant de milliers de voix entonnant à l’unisson, le refrain ancestral :
Saint Nicolas, ton crédit d’âge en âge
A fait pleuvoir tes bienfaits souverains
Viens, couvre encore de ton doux patronage
Tes vieux amis, les enfants des Lorrains !
La tradition qui reconnaît l’évêque de Mire comme le saint protecteur de la terre lorraine.est vieille de plus de mille ans. C’est en 1098 que le chevalier Aubert de Varangéville subtilise une relique dans le tombeau du saint édifié en la basilique de Bari (Italie). Une première église lui est consacrée dès le début du 12ème siècle. Selon une légende, le sire de Réchicourt, chevalier Cunon de Linange, emprisonné en 1230 lors de la 6ème croisade aurait été miraculeusement sauvé par Saint Nicolas qui l’aurait transporté jusqu’au porche de l’église. Revenu en son fief, le sire ordonne qu’une procession ait lieu tous les ans. Le vœu sera ininterrompu jusqu’à la révolution, avant de retrouver vigueur probablement sous la restauration.
Le 6 décembre 2014 célébrait la 769ème procession devenue tradition incontournable dans la Lorraine d’aujourd’hui.
En effet, au fil des ans, le recours au Saint Evêque fut renouvelé pour célébrer la victoire du duc René II terrassant Charles le Téméraire en I477 au cours de la bataille de Nancy. Le jeune souverain décide alors de faire édifier un édifice plus imposant pour symboliser le retour à l’indépendance de la nation Lorraine. La construction commence en 1481 et la basilique sera consacrée en 1560. Elle est redevable d’une particularité : la nef n’est pas rectiligne et épouse une courbe légère. Entre plusieurs hypothèses plus ou moins fantaisistes, celle de Dom Calmet paraît la plus plausible : « Les bâtisseurs n’étant pas maîtres du terrain ont cru devoir donner cette tournure à l’édifice ».

Illustration: "Le Saint Nicolas de Bari". Collection personnelle.

dimanche 14 décembre 2014 10:40 , dans Agenda


Les restos du cœur de ma rue

Blog de lamargonote : LE JARDIN DES EGLANTIERS, Les restos du cœur de ma rue

Elles sont revenues, les furtives silhouettes
Vêtues de brun, de gris, de fané, de lueurs vertes
Serrées l’une contre l’autre claquant des dents
Baissant les yeux et remontant le col mité
Du manteau râpé, depuis des ans
Chiné à l’étal d’une œuvre du tiers monde
Ces oubliés d’une mondialisation arogante
Se mettent en tas pour échapper à la froidure cinglante
En se collant tout contre les lézardes du mur
Au plus près de l’encoignure
D’une porte qui a bien du mal à s’ouvrir
La charité est dame capricieuse
Car l’offrande est fille de seigneur
Soyez déférents, tristes quémandeurs
N’oubliez pas le merci à qui
Dans la paume vous glisse la piécette
Qu’hier on gardait le dimanche pour la quête

Illustration: "Des silhouettes furtives". Aquarelle de Janine OLMI.

dimanche 07 décembre 2014 18:03 , dans Agenda


Automne

Blog de lamargonote : LE JARDIN DES EGLANTIERS, Automne

J’aime l’automne ! Moi ? j’aime l’automne
Quand une grosse pluie a lavé l’azur du ciel
Des poussières échappées du vivant de la terre
J’aime l’automne des brumes et des nuées
Qui peignent d’indigo, le firmament libéré de nuages
Par un souffle du vent vainqueur venu du nord
J’aime l’automne où l’arbre qui se balance à la fenêtre
Me surprend chaque matin. Fabuleuse offrande
Hier vert, aujourd’hui jaune, il sera roux demain
Sublime tableau qu’aucun artiste ne sut reprendre
J’aime l’automne qui givre le portail
D’un logis où crépite un feu de bois
Les grands pins secouent leurs bras épineux
Lorsqu’un rare soleil vient jouer avec eux
J’aime l’automne qui va s’effacer devant la neige
Sous un ciel lourd d’épais nuages noirs
Dans un dernier embrasement de ses fauves, de ses ors
De ses quelques verts oubliés
Sous le souffle glaçant d’une bise revêche
Enveloppant d’un manteau de pureté
Les chemins, les haies, l’herbage qui a finit de verdir
J’aime l’automne qui prépare, en secret le printemps

Illustration: "L'automne vue de ma fenêtre". Cliché de Janine OLMI.

dimanche 30 novembre 2014 19:22 , dans Agenda


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à lamargonote

Vous devez être connecté pour ajouter lamargonote à vos amis

 
Créer un blog